[...] être noir est une préoccupation, un souci, par contraste avec le fait d’être blanc, qui (sauf pour les Blancs qui vivent dans des sociétés majoritairement noires) est une évidence à laquelle on ne pense jamais. Privilège du groupe majoritaire que d’être aveugle à sa propre couleur, puisque celle-ci est pensée comme universelle…

La condition Noire, Pap Ndiaye.

 

La plupart des personnes blanches de France aurait-elle du mal à employer

ce mot, noir, pour désigner leurs semblables au taux mélanique plus élevé, préférant à celui-ci son homonyme anglais black ? Bien que la langue française regorge d'anglicismes, employer ce mot en anglais n’est ici pas anodin et permet surtout de survoler une réelle problématique sociale et complexe liée à l’identité, à l’immigration et au racisme, latent ou non, dans l’hexagone. Car si la pluralité d’une identité ne doit pas suppléer le fait d’être bien Français, la France reste une société où on l’est quand tout va pour le mieux, mais où l’on reste Français d’origine lorsque l’on a quelque chose à vous reprocher. Il serait par ailleurs souhaitable qu’un jour la couleur de peau n’ait pas plus d’importance dans la vie sociale que la couleur des yeux.

A travers ce documentaire photo je souhaite donner la parole aux personnes

photographiées et donc concernées par ce que l’on peut appeler la condition noire en France. Le portrait sera associé à un mot ou une phrase, un texte ou une poésie, qu’ils soient politiques ou non, un souvenir social lié à un traitement différencié, qu’il soit bon ou mauvais. Car qu’on en soit fier, indifférent, honteux ou vaniteux, il est indéniable qu’on ne négocie pas avec la couleur de sa peau.

 

Être noir en France ou considéré comme tel, regard sur notre société.

 

 

Tous droits réservés © Paul Gouëzigoux