Paul Gouëzigoux
Groupe Scolaire Gahini
 C’est un peu par hasard que je me retrouve à Gahini avec Alain. Alain Mwiseneza est un ami que j’ai rencontré en France, à Bordeaux. Il a fait le choix de rentrer au pays en mars dernier. Depuis, il exerce la profession de chauffeur de taxi. C’est naturellement vers lui que je me suis tourné pour effectuer mes trajets durant mon séjour au Rwanda. Nous voilà donc à Gahini, avec ma compagne. Alain m’exprime très vite le souhait d’aller visiter l’école de cette commune, qui n’est autre que l’école qu’il a fréquentée. En 1995, un an après le génocide perpétré contre les tutsi du Rwanda, c’est ici qu’Alain reprend ses études de biochimie. Il y passe un an, y apprends également la danse, rencontre des rescapés, comme lui, ou des rwandais de la diaspora rentrant des pays voisins (Ouganda, Tanzanie,..) pour lesquels il se prend d’affection et s’enrichit culturellement. Plus de 21 ans après, il se demande pourquoi il n’y a pas remis les pieds plus tôt. Le temps a passé mais les souvenirs sont intacts. Alain se souvient avec précision de là il trainait le soir avec son groupe d’amis de l’internat, quand il descendait au lac y faire ses lessives, ou encore quelle place il occupait dans la classe. Il obtiendra son bac en biochimie par la suite à Kigali. Aujourd’hui, il garde un souvenir ému du groupe scolaire de Gahini, là ou il a pu réapprendre à vivre après le drame de 1994. Peu de choses ont changé à part quelques nouveaux bâtiments. Je le regarde filer entre les murs avec un sourire aux lèvres, et n’en perd pas une miette… Mardi 22 décembre 2015 Gahini, Rwanda
Tous droits réservés © Paul Gouëzigoux